Nos visites guidées de Séville nous emmènent dans des lieux historiques et peu fréquentés. Aujourd’hui nous vous présentons : la Fabrique de la Monnaie ou Casa de la Moneda de Séville.

La fabirque royale de la Monnaie ou Casa de la Moneda est l’un des lieux historiques les plus méconnus de Séville, bien qu’elle se trouve à quelques pas de l’Alcazar et des Archives des Indes. Apprenez à le connaître avec nous lors des visites guidées de Séville.


Pourquoi parlons-nous maintenant de la Fabrique de la Monnaie de Séville ?

Visites guidées de Séville et la Fabrique de la Monnaie
Intérieur de la citadelle

Elle est actuelle car sa façade a été récemment restaurée et le bâtiment du XVIe siècle revient dans toute sa splendeur pour nous raconter une époque de voyages transocéaniques et de métaux précieux qui sont arrivés à Séville par le fleuve Guadalquivir. Parlons un peu plus de ce processus qui commence à côté du fleuve.

La Tour de l’Or était le point d’arrivée où les navires accostaient. La tour était une tour de guet de la muraille. Celui-ci qui entourait la ville d’un périmètre d’environ 7 kilomètres continuait à travers la Tour d’Argent, là le métal, qu’il soit d’or ou d’argent, traversa le Postigo del Carbon (Porte du Charbon) et atteignit immédiatement la fabrique de la Monnaie, il n’avait donc pas à parcourir plus de 200 mètres, gagnant ainsi en sécurité et évitant les vols si fréquents dans la Séville cosmopolite du 17ème siècle.

La menthe ou fabrique de la monnaie existait déjà depuis l’époque médiévale. Il avait été fondé par Alphonse X, bien qu’à l’époque il se trouve sur le site où se trouve l’actuel Archives des Indes. Une visite guidée de Séville nous guidera à travers tous ces lieux. Puis au 16ème siècle c’est quand ils construisirent le nouveau, beaucoup plus grand et plus complexe. Plus précisément, c’était en 1585, juste au moment de l’entrée la plus métallique en Amérique. Surtout, l’argent arriverait, en plus grande quantité que l’or.

L’argent provenait principalement des mines de Zacatecas au Mexique et de Potosí (Pérou, aujourd’hui Bolivie)  

Séville n’était pas la seule usine, il y en avait d’autres en Espagne, celle de Ségovie était célèbre, aussi appelée « ingenio » (ingéniosité). Et le métal était parfois frappé directement en Amérique aussi. Mais celui de Séville fut sans doute le plus important durant l’âge d’or.

Quel genre de pièces ont été fabriquées ici ?

Participez à nos visites guidées de Séville pour découvrir les pièces de monnaie utilisées il y a 400 ans. Les monnaies changeaient et plusieurs différentes coexistaient. A l’époque des Rois Catholiques, l’Excellente d’or se distinguait. Ensuite, il est allé aux Escudos (écus) et à l’époque de Charles Quint, des ducats   ont été frappés. Le maravedi populaire était la valeur la plus basse et était en fait une unité de compte, c’est-à-dire qu’il n’avait aucune forme physique, mais il était utilisé pour compter et faire des affaires.

Visites guidées de Séville et la Fabrique de la Monnaie

Cependant, la pièce de monnaie la plus connue et la plus utilisée dans cette Espagne du XVIe siècle était le « real de a ocho » (réal de huit), qui équivalait à huit réel et était en argent. On l’appelait aussi le dollar espagnol ou le peso dur. En plus de la monarchie hispanique, il serait utilisé au Brésil et même en Chine, où le galion espagnol de Manille arrivait pour commercer avec l’Extrême-Orient. Plus tard, il a été utilisé dans les États-Unis et le Canada nouvellement fondés. Ainsi, il est devenu la première monnaie utilisée dans le monde. Le réel de huit était accepté pour sa valeur et pour sa finesse. Il était en vigueur jusqu’au 19ème siècle.


D’où vient le symbole actuel du dollar américain ?

Si vous nous rejoignez en personne lors de l’une de nos visites guidées de Séville, vous verrez plusieurs exemples disséminés dans les bâtiments historiques.

Nous allons vous le dire brièvement : il existe une théorie qui lie ce réel de huit au symbole actuel du dollar. Et c’est qu’au revers de notre pièce se trouvait le bouclier hispanique avec les colonnes d’Hercule et sa monnaie Plus ultra (au-delà) dans une bande. Une variation de ces colonnes avec la bande donnerait lieu au S barré du dollar qui nous est si familier aujourd’hui.

Comment la fabrique de la monnaie de Séville a été organisée?

Revenons à la Casa de la Moneda comme si nous étions dans nos visites guidées de Séville. Aux alentours de l’usine se trouvaient des bâtiments importants : la douane (aujourd’hui le bâtiment du Trésor) où s’effectuait le contrôle d’entrée des produits qui arrivaient par le fleuve, les chantiers navals où étaient construits les navires, l’Université fondée en 1505 par Maître Rodrigo de Santaella et dont nous avons encore la chapelle de Santa Maria de Jesus, le marché des marchands et la Maison du commerce qui organisait toutes les affaires liées au nouveau monde. Ne manquez pas les visites guidées de Séville pour vous sentir comme si vous étiez dans cette Séville du 16ème siècle.

Visites guidées de Séville et la Fabrique de la Monnaie

À l’intérieur de la Monnaie se trouvaient les forgerons, les fondeurs et les « monederos », qui s’appelaient alors les fabricants de pièces de monnaie. Plus de 200 employés y travaillaient.

 Dans l’enceinte se trouvait également la Maison du Trésorier et comprenait également la fonderie et les fours royales, ces dernières étaient des ateliers où les pièces étaient fondues puis découpées et scellées.

Comme vous pouvez le voir, toute une industrie au centre de la ville qui a financé l’activité non seulement de la ville mais de toute l’Espagne. Cet argent gagné à Séville, comme le disait l’écrivain contemporain Francisco de Quevedo, est né aux Indes, a grandi à Séville mais s’est retrouvé en Italie et dans d’autres pays européens. Avec cela, notre intellectuel s’est plaint que cet argent ne restait pas en Espagne ou ne servait pas à améliorer le pays ou la vie de ses citoyens. Au contraire, il a été dépensé en grande partie dans des guerres de religion impérialistes absurdes.

La façade de la Fabrique de la Monnaie

C’est la partie qui a été récemment restaurée. Elle a été réalisée en 1761 et son auteur était Sebastián Van der Borcht qui était également l’auteur de la fabrique de tabac voisine, aujourd’hui l’Université. La fabrique de pièces de monnaie cessa de fonctionner au 19ème siècle et le lieu connut diverses vicissitudes.

Visites guidées de Séville et la Fabrique de la Monnaie

Aujourd’hui, différents lieux se souviennent de leur passé comme le restaurant italien de la Maison du Trésorier ou le théâtre La Fundición, ou le classique bar La Moneda … témoins d’une époque révolue où Séville était la capitale du monde et l’argent était le plus expression importante du pouvoir. Et Quevedo l’a déjà dit : un puissant gentleman est Don Dinero (Monsieur Argent)


Si vous avez trouvé l’article intéressant, vous ne pouvez pas manquer nos promenades dans les visites guidées de Séville. N’oubliez pas qu’il vaut toujours mieux le vivre que le lire.

Avec ce tableau de Artemisia Gentileschi nous commençons une série d’articles accompagnés de vidéos sur l’histoire de l’art à Séville, des peintures et des sculptures que nous avons dans notre ville.

Les monuments et musées de Séville abritent de nombreuses œuvres d’art. Ceci est une sélection avec certains de mes favoris. Nous découvrirons ici leurs auteurs, les personnages représentés en eux, la technique, le lieu où ils ont été peints et où ils sont maintenant exposés. Et sans oublier les nombreuses histoires curieuses qu’ils gardent.


« Marie Magdalene endormie » par Artemisia Gentileschi. Il s’agit d’une belle et originale peinture de la période baroque qui est exposée dans le musée de la Cathédrale de Séville. Regardez cette video (en espagnol) d’une minute:


Connaissons d’abord son auteur. Une femme a été le peintre de cette œuvre, ce qui est déjà intéressant et exceptionnel étant donné qu’elle a été peinte en 1622. C’est grâce à la main d’Artemisia Gentileschi.


Qui est Artemisia Genstileschi

Les plus belles oeuvres de Art à Séville 1. Artemisia Gentileschi et sa Marie Magdalene
Portrait d’Artemisia Gentileschi comme une martyre

Artemisia est née à Rome en 1593, elle était la fille d’un peintre renommé, Orazio Gentileschi et grâce à cela, elle a pu devenir peintre, commençant bientôt à travailler dans l’atelier de son père. De plus, son grand talent la fait se démarquer sur la scène italienne dans la première moitié du XVIIe siècle.


Artemisia très jeune a subi un traumatisme qui affectera son travail ultérieur et les thèmes de sa peinture. Un viol dans son propre atelier a éveillé en elle une tendance à représenter des femmes fortes et souvent en mesure de combattre des hommes pervers. Ces femmes dans ses tableaux se vengeaient souvent du sexe masculin comme on peut le voir dans «Judith coupant la tête d’Holopherne». Autrement dit, profitant d’une scène biblique, l’auteur a capturé sa vie et sa propre psychologie. Cette force dans ses tableaux s’accompagne d’une qualité technique exceptionnelle.


Artemisia, une artiste féministe

Pouvons-nous considérer Artemisia comme une peintre féministe? C’est possible. Puisqu’elle avait une sensibilité particulière dans la représentation des femmes, généralement dans des scènes religieuses, ce que la clientèle du 17e siècle exigeait d’elle.

Un exemple parfait pour illustrer l’histoire de l’art à Séville est le tableau qui nous accompagne aujourd’hui où il représente une Marie Magdalene endormie sur une chaise. Le personnage est reconnu par le flacon de parfums avec lequel il a oint le Christ et qui accompagne toujours cette figure.

Les plus belles oeuvres de Art à Séville 1. Artemisia Gentileschi et sa Marie Magdalene
Judith coupant la tête d’Holopherne

La Madeleine d’Artemisia a également été considérée comme une allégorie de la mélancolie. La délicatesse de ses formes, la langueur et le visage aux paupières rougies d’avoir pleuré nous incite à imaginer toute une histoire antérieure.
Les tons dorés et sombres prédominent. La technique est clairement sombre à la suite de la mode italienne lancée par Caravaggio, un peintre contemporain d’Artemisia Gentileschi. Le fort contraste entre la lumière et l’ombre crée un effet beaucoup plus dramatique et attire l’attention du spectateur.


Artemisia n’a pas eu la vie facile, en plus du traumatisme de la jeunesse, elle s’est séparée de son mari et a soutenu sa famille seule. Il a eu cinq enfants dont une seule fille a survécu. Elle a terminé ses jours à Naples, alors territoire espagnol.

Là, il rencontra le vice-roi de Naples, duc d’Alcalá et de Séville pour être plus exact. Don Fernando Enriquez de Ribera, grand amateur de peinture, a acquis la Magdalena endormie et l’a amenée à Séville. À sa mort sans héritiers, son patrimoine a été largement dispersé et le tableau s’est retrouvé dans la cathédrale de Séville, où il est aujourd’hui exposé pour le plaisir de tous les sévillans.

L’histoire de l’art à Séville s’est enrichie de cette œuvre de la grande artiste baroque italien.


Pour en savoir plus cet article du National Geographic: https://www.nationalgeographic.fr/histoire/2020/03/artemisia-gentileschi-la-premiere-grande-peintre-de-lhistoire

Pour voir le tableau a Seville nos tours de la ville: https://www.toursevilla.com/fr/visites/