Dans la Plaza de los Venerables, au coeur de Santa Cruz, nous avons la possibilité de contempler depuis 8 Novembre un exemple très intéressant de deux des artistes les plus célèbres de Séville. Il est l’une de l’expositions de l’automne et elle fait partie des actes du 500e anniversaire de la naissance de Murillo (1617-2017).

Les peintures proviennent principalement du Musée du Prado, également de la National Gallery de Londres, collections privées et la même collection de Focus Abengoa accueillant l’exposition.

Diego de Silva Velazquez et Bartolome Esteban Murillo, deux peintres et illustres sévillanes partagent de nombreuses caractéristiques que cette exposition, organisée par Focus Abengoa, met maintenant en surbrillance.

Diego Velázquez, peintre de la Cour

Exposición Velázquez y Murillo en el Hospital de los Venerables

 

Le plus grand des peintres espagnols Diego Velazquez est né à Séville en 1599, il a commencé à travailler et il a peint ses premières œuvres dans cette ville, d’abord en tant que disciple du peintre Herrera le Vieux, après avec Francisco Pacheco, peintre et essayiste, qui allait bientôt devenir son beau père apres que Velazquez épousait sa fille.

Cependant la carrière de Velazquez a pris une inattendue changement lors de la réception en 1624 de l’appel du jeune roi Philippe IV d’aller à Madrid et de travailler là comme peintre de la cour. Le reste de sa carrière à été effectuée dans la capitale, raison par laquelle aujourd’hui sont peus les tableaux du grand peintre qui se trouvent à Séville. Velazquez est mort à Madrid en 1660.

Bartolome Murillo, peintre de l’Immaculée

Exposición Velázquez y Murillo en el Hospital de los Venerables

Bartolomé Esteban Murillo est également né à Séville mais en 1617. Contrairement à Velazquez y resta jusqu’à sa mort en 1681 et dans sa longue vie a travaillé pour des églises, des couvents, des monastères et pour la célèbre cathédrale de Séville où, encore aujourd’hui, il y a quelques-uns des ses meilleures œuvres.

Les deux peintres représentants du style baroque nous ont donné les meilleurs tableaux du XVIIe siècle.

L’exposition se présente comme un dénominateur commun : les artistes ont peut se rencontrer. Nous n’avons pas de preuve documentaire, mais il est fort probable que Murillo connaissait les travaux de la première étape de Velazquez, dans cet époque là dans les églises et les écoles à Séville. Et un mature Velazquez c’est problable qu’il a eu des nouvelles d’un jeune et renommée Murillo, qui, dans le milieu du XVIIe siècle est devenu le meilleur et le plus célèbre peintre de la ville.

L’exposition des Vénérables nous a apporté des photos de deux peintres sur les mêmes sujets. Ils ont représenté des scènes tels que la Sagrada Familia, l’Immaculée Conception, les saints patrons de Séville Justa et Rufina ou scènes de genre intimes que reflétent la société de son temps.

L’étude de la lumière, l’utilisation du clair-obscur, les couleurs, .. les similitudes et les différences entre les deux sévillans, l’un de la Cour de Madrid et un autre qui montre le point de vue des couvents et des monastères du sud d’Espagne.

Une curiosité à propos de Velazquez et Murillo

Les tombes des deux artistes à Madrid et Séville sont respectivement disparus.

Velazquez a été enterré en 1660, l’année de sa mort, dans l’église de San Juan Bautista, dans le Madrid de los Austrias, détruit dans le temps de Napoléon. Des restes de la crypt on été trouvés dans la Plaza de Ramales, où une colonne avec une croix rappelle le célèbre peintre.

Quelque chose de semblable est arrivé avec Murillo. Enterré dans l’église de Santa Cruz de Séville (dans l’actuelle Plaza de Santa Cruz) au moment de l’invasion napoléonienne l’eglise à été demoli et ses restes sont maintenant perdus. Il y a seulement une plaque sur une façade de la place qui rappelle le peintre le plus connu de la ville.

Où vous pouvez voir l’exposition

Exposición Velázquez y Murillo en el Hospital de los Venerables

L’Hôpital des Venerables accueille le Centro Velazquez qui est géré par la Foundation Culturelle Focus Abengoa. En plus d’être un bel exemple de baroque de Séville l’hôpital a une activité culturelle intéressante en organisant des conférences, des cours, des concerts d’orgue et des expositions comme celle-ci que nous avons la chance de voir jusqu’à la fin de Février.

A ne pas manquer

L’église baroque magnifique, décorée de fresques de Valdes Leal et les meilleurs peintres et sculpteurs des XVIIe et XVIIIe siècles. Mention spéciale merite le moderne orgue d’inspiration baroque qui est considéré comme l’un des meilleurs de son genre en Europe et est couramment utilisé dans la saison des concerts dans l’église du Vénérables.

La cour en contrebas, un original solution esthétique de l’architecte Leonardo de Figueroa et qui avait également la fonction pratique de ramasser des eaux pluviales,ce qui faisait beaucoup plus que d’un puits ou d’un réservoir normal. Une fonction essentielle dans un bâtiment dédié à l’hôpital comme celui-ci.

En 1865, le marquis de Pickman un Anglais qui vit à Séville a vu une bonne affaire sur le monastère chartreux récemment abandonné de Santa Maria de las Cuevas. La porcelaine anglaise tellement à la mode à cette époque a trouvé sa place à Séville dans ce monastère transformé en une usine de céramique. De cette époque là, nous avons différents panneaux de céramique fabriqués ici et surtout les indubitables fours en terre cuite qui s’utilisaient pour cuire la ceramique.

L’artisanat en céramique Séville date de l’époque romaine, et Santa Justa et Santa Rufina, martyrs à l’époque romaine et protectrices de la ville la fabriqué dejà de l’autre coté du Guadalquivir au quartier de Triana.

La ceramique a joué un rôle fondamental dans le monde islamique pour la décoration des palais et maisons. Tuiles, carreaux de faience, mosaiques… plus tard dans les temps chrétiens les sévillans suivaient les modéles maures mélangés avec la nouvelle technique Renaissance Le italien Niculoso Pisano qui a vecu à Triana a révolutionné cet art et introduit la peinture sur tuiles plates. Son chefs-d’œuvre sont l’Oratoire d’Isabelle la Catholique dans le Cuarto Real Alto del Alcázar et la porte de l’église du monastère de Santa Paula. Tous les deux dans nôtre ville.

Jusque-là, le centre de production étaient petits et moyens ateliers au quartier de Triana. Ce quand l’Anglais Pickman a donné un nouvel élan à l’artisanat qui est devenu une véritable industrie dans la Séville du XIXe siècle.

El Monasterio Santa María de las Cuevas

Le monastere

Mais notre monastère de la Chartreuse avait déjà dans ses murs une longue histoire. Il avait été fondé au début du XIVe siècle comme l’un des plus importants centres monastiques de la nouvelle Séville chrétienne. Situé dans la périphérie de Séville et en regardant la région de Aljarafe, il a été choisi par les familles nobles comme les puissants Ribera pour leurs sépultures. Christophe Colomb lui-même est resté ici et grace a l’amitié avec les moines il a préparé une partie de son expédition vers le Nouveau Monde. Des années après sa mort, ses cendres reposent dans cet endroit pendant 30 ans avant de partir pour l’île de La Española (Santo Domingo) dans les Amériques. Une statue érigée par la veuve de Pickman se souvient le découvreur.

Plus tard, au XVIIe siècle Francisco de Zurbaran le meilleur peintre de moines qu’il y a eu dans cette Espagne de palais et couvents, nous ont laissé des portraits de sobres et silencieux moines chartreux. Cette collection exceptionnelle de trois peintures est maintenant dans le Musée des Beaux-Arts de Séville.

Comme tant d’autres couvents a fait l’objet de la confiscation et la fermeture au XIXe siècle. C’était quand Pickman est entré dans la scène et aussi son la céramique.

Mais l’histoire de Santa Maria de las Cuevas a continué quand la récente et légendaire l’EXPO 1992 a accueilli le Pabellon Real. Les dépendances d’usine La Cartuja sont transférés à un autre endroit et le monastère est devenu Centre d’Art Contemporain après une restauration complète en 1997, fonction laquelle il retenue aujourd’hui.

Donc, aujourd’hui, nous avons dans ce lieu un vieux monastère, une ancienne usine de céramique et le moderne Centro Andaluz de Arte Contemporáneo avec la programmation des expositions temporaires et des concerts.

Les charmes de la Cartuja

Le monastère est entouré par le jardin potager des moines, une belle pleine d’orangers et d’autres plantes locales, idéal pour se perdre et trouver la tranquillité à quelques pas du centre de Séville.

J’aime le mélange des cloîtres maures de panneaux de céramique du XIXe de Pickman. Les tombeaux Renaissance de la famille Ribera à côté de l’art contemporain. J’adore flâner parmi les fours à céramique dispersés à travers les jardins concurrents en hauteur qui donnent à l’ancien monastère une silhouette unique.

J’aime m’approcher à l’arbre appelé Bella Sombra, Ombu ou Phitolaca Dioecius que, selon la tradition, a été planté par le fils de Christophe Colomb il y a plus de 500 ans.

Aussi c’est génial de faire un tour à vélo à travers les vergers et les orangers centenaires et s’étonner avec la moderne et géant Alice au pays des merveilles.

J’aime l’air calme hors du tumulte de la ville qui doit être le même que les moines chartreux respiraient il y a de siècles.

Et quand je vais au monastere de la Cartuja je me rappele toujours de l’EXPO 92, une année mythique qui nous a laissé une empreinte importante dans tous les sévillanes de plus 35 ans.

Dans le milieu de la chaleur du désert dans l’été de Seville, le quartier de Triana nous offre une oasis à la fin de Juillet. TRiana, le quartier des ceramistes parexcellence vit chaque période estivale ce que les trianeros appellent « jours señalaítos » La Soirée de Santa Ana. Cette édition de la Vela se tiendra du 21 au 26 Juillet entre la célèbre Calle Betis et la névralgique de San Jacinto, ayant son épicentre dans la place de l’Altozano.

Si nous revenons au contexte historique de ce festival, la Vela de Santiago et Santa Ana (c’est son nom complet) a son origine dans une procession qui a eu lieu dans la paroisse de Santa Ana à la fin du XIIIe siècle.

Cette fête, très ancrée dans le quartier de Triana, a un impact important sur ville non seulement pour être l’un des événements de l’été, mais pour avoir maintenu la saveur des traditions qui se sont développées dans des siècles, de sorte que ce fait référence à toutes les fêtes de quartier qui ont lieu à Séville et environnement.

Dans ces actes de façon judicieuse et traditions maintenues au fil du temps, l’inauguration se tiendra dans la cour de l’Hôtel Triana. ce patio se decore de façon typique en créant un environnement de beauté considérable.

La velá

Le plus frappant est l’environnement qui a eté créé entre Calle Betis et le pont Isabel II. El Puente de Triana se orne avec des lanternes et des drapeaux qui fournissent le pont historique,coloré spécialment à la nuit tombée. Dans la rue BEtis on peut voir les populaires « casetas « (petites maisons), elles ont une structure et une esthétique similaire à les étals de la Feria de Abril de Séville, mais l’espace est plus reduit et l’entrée libre.

Pendant ce temps, la rue San Jacinto est complètement habillé d’une façon traditionnel. Des nombreuses activités sont organisées, surtout depuis ces dernières années dans cette rue piétonne centrale de Triana. À la jonction de cette route avec callle Betis est la Plaza de l’Altozano, il y a un scénario qui est activé pour servir d’attraction pour tous les spectacles actuels et très variée qui satisfaisent aux petits et grands.

Comme tous les festivals à Sevilla, la cuisine bénéficie d’un rôle de premier plan au sein de la Vela de Santa Ana, une des principales attractions étant les sardines grillées sur le dos des kiosques, un plaisir de les déguster avec vue sur le pont de la Séville classique fête.

La Velá Santa Ana 2014

Les activités les plus frappants de la Vela sont définitivement le « Pays de Cocagne » qui attire de plus attentions. Un jeu ancien qui consiste à essayer d’attraper un drapeau situé à bout d’une perche en bois graissé, placé horizontalement sur une péniche dans la banque du Guadalquivir. Des jeunes trianeros font une démonstration de compétence sur le pôle pour le prix en prenant un bain, une façon certainement de compenser les températures élevées de l’été à Séville.

La sphère religieuse

Dans le domaine religieux, les événements les plus importants se concentrent autour de 25 et 26 Juillet (Jours de Santiago et Santa Ana, respectivement) et toujours dans la populairement connue Cathédrale Triana: La Paroisse de Santa Ana. Elle concentre le culte liturgique comme des chapelets, des digues et des moments de spécial beauté. Dans l’ nuit du 25 au 26 la bande de clairons et tambours Tres Caidas de Triana, qui ce année a reçu l’un des prix des plus prestigieux d’importance nationale, ils jouent des courtes pièces musicales dites «joies de Santa Ana  » de l’ancienne paroisse accompagné de luminaires.

Depuis le 26 Juillet, Triana dit au revoir a son Vela Santa Ana avec un feu d’artifice minuit dans le Puente de Triana. Une semaine digne d’être vécue par les Séville qui optant pour la ville au lieu de la proximité des plages, et aussi pour les touristes qui sont décidé par la Ville Guadalquivir comme une destination de vacances en été.

La Velá Santa Ana 2014

La statue en question était un cadeau de la Hispanic Society of America à l’occasion de l’Exposition de 1929. Cette fondation culturelle a été fondé par Archer Huntington et son épouse Mrs.Huntington était l’artiste chargé de faire la sculpture.

Ce n’est pas la seule sculpture Cid , nous découvrons les mêmes dans différentes parties du monde : New York , Buenos Aires, Valencia , San Diego et San Francisco.

La présence du Cid à Séville est documentée à la fin du XIe siècle . La Isbilya (Seville) musulmans gouverné par le roi Al- Mutamid a reçu le Ambassade chrétienne de Rodrigo Diaz de Vivar , chevalier Christian , mieux connu comme El Cid .

Il est l’un des lieux les plus emblématiques de Séville, entre la Place d’Espagne et de la Manufacture de Tabac . N’oubliez pas de visiter.

Sous le nom de Nur ( la lumière en arabe) il y a plus de 150 objets de la culture islamique du IXe siècle au XXe siècle.

Espagne fut pendant des siècles pont entre l’Orient et l’Occident. Talent , l’artisanat et la science ensemble dans une riche civilisation.

L’hôpital était refuge de prêtres anciens dands l’ère baroque et dispose d’une architecture étonnante dans son église Le bâtiment s’articule à travers un beau patio intérieur .

Depuis quelques années ici se trouve le Centre a Velazquez, une collection de peinture baroque sur 3 tableaux de ce peintre de Séville.

En plus de vous plonger dans le siècle d’Or de Séville, la Fondation Focus Abengoa revitalise la ville culturelle aujourd’hui avec cette exposition essentielle.

Cette église est surtout célèbre pour avoir accueilli deux confréries de la Semaine Sante: la confrérie du Christ l’amour et celle Jésus de Passion.

Les deux ont des sculptures de grande valeur faites par les prestigieux sculpteurs baroques Juan de Mesa et Juan Martinez Montanes.

L’église est située sur la place du même nom. El Salvador est une église baroque du début du XVIIIe siècle et elle a été entièrement restauré il y a quelques années. Elle nous offre l’un des patrimoines les plus riches artistique de Séville.

Jusqu’au 15 Septembre nous avons l’occasion de visiter le soir, les terrasses et aussi la crypte. Cettes visites guidées sous le nom « Empreinte Sacrée », sont détenus dans des groupes de 10 personnes.

Pour reserver : http://reservas.cubiertasdelacatedral.com/calendario-salvador

La tradition veut que le pirate anglais Francis Drake a capturé trois mille bottes de sherry qui sont devenus très célèbres dans la cour britannique.

Au XVIIIe siècle, des hommes d’affaires britanniques se sont installés à Jerez et ont trouvé leur terre était idéal pour la viticulture , donc le célèbre vin de Xérès est devenu populaire . les caves de familles britanniques multiplient : le Garvey , Williams , Osborne ou Byass … exportent leurs vins prestigieux aux îles britanniques et ils s’etendent dans le monde.

Aujourd’hui, les caves sont l’un des piliers économiques de la ville de Cadix . Et Jerez de la Frontera a été nommé 2014 capitale européenne de vin, elle a plus de 1 million de visiteurs annuels attirés par la renommée de ses vins. Au niveau des vins français et italiens les plus connus, Jerez nous offre une culture et un produit de la plus haute qualité.

Cela nous amène à vous recommander les excursions, promenades et visites tôt le matin. Avant 11 au matin, c’est un plaisir de marcher dans le quartier Santa Cruz, peu de visiteurs, des passages étroits et mystérieux, rappelant le passé juif dans leurs rues. Appréciez le silence et les sources d’eau dans les petites places.

Quand la nuit tombe il est le meilleur moment pour prendre un verre à l’une des terrasses, la plupart avec système d’eau vaporisée.
Nous vous proposons une promenade autour de la zone commerçante, que les Sévillans appellent «le centre», avec ses rues piétonnes couvertes par des auvents et de prendre un mojito rafraîchissant dans « Champignons » nom populaire du Metropol Parasol, centre géographique de la ville et point ville de référence alliant la Séville ancien et la moderne.

(Texte extrait et résumé manifeste AGUITBA, guides association de Buenos Aires)

Entre autres choses, le guide propose:

  • Un professionnel, attentionné et dévoué.
  • Objectif, exempt de préjugés et de la propagande.
  • Une information fiable et réelle, distincte de leurs opinions, des histoires ou des données anecdotiques provenant de traditions et de légendes populaires.
  • Aussi, veillez à ce que chaque visiteur respecte la région que vous visitez (monuments, des attractions et des coutumes locales).
  • Supervise l’itinéraire prévu, en veillant à fournir tous les services du programme.
  • Soyez attentif au confort et à la sécurité des passagers.
  • Fournit toute l’assistance nécessaire en cas de difficulté et / ou d’urgence.

Le guide vous garantit un service, d’attention et de professionnalisme. Affiche une image que nous essayons valeur quotidienne, le respect et l’appliquer, la faire connaître et prendre en considération dans toutes les manifestations touristiques, publics ou privés. Ceux qui agissent dans ce métier sans frais de chargement obtenir leur juste part des profits au détriment des commissions des passagers ou des faveurs devraient pas être considérés guides touristiques.

Étant l’image de guidage visible d’une agence, le premier contact et probablement la dernière, l’importance de leur présence et de la bonne image est essentielle, car elle va rester en dormance dans la mémoire des visiteurs.
Votre guide doit avoir une licence délivrée par l’autorité compétente.